Sénèque・Lettres à Lucilius

 

Lettres à Lucilius, de Sénèque (4 av. J.-C. - 65 ap. J.-C.)


Sénèque me paraissait être la quintessence du chiant, avant qu’une philosophe interviewée pour @estellereads me conseille d’y jeter un œil pour avoir les bases de la philosophie (ndlr : Diane Ducret pour ne pas la citer;)). On y retrouve la notion de “sagesse”, qui a disparu chez les philosophes à compter du XIXème (si j’ai bien compris, sinon n’hésitez pas !).

En fait, ces lettres sont très faciles à lire, elles s’apparentent à un journal intime, philosophique. Que de passages ai-je soulignés pour m’en servir dans mes propres réflexions ! Il s’agit de pensées de bon sens sur les questions existentielles qui nous animent...

Comme l’écrit Sénèque à son correspondant, « je te mettrai des marques qui te permettront de trouver tout de suite ce que j’approuve et admire. » Voici donc quelques passages qui m’ont marquée ...! :)


« Après avoir accordé son amitié, il faut avoir confiance; c’est avant qu’il faut porter un jugement. »


« Si tu le crois fidèle, tu le rendras tel : nous apprenons parfois aux autres à nous tromper en craignant de l’être. »


« Vis avec ton inférieur comme tu voudrais que ton supérieur vive avec toi. »


« L’une des qualités de la vertu est qu’elle se plait à elle-même et persiste; une nature pernicieuse est inconsistante : elle se transforme sans cesse, non pour s’améliorer, mais pour changer. »


« Il ne faut se borner à pratiquer ou l’écriture ou la lecture : l’une des deux activités fatigue et les mène à épuisement — je parle de l’écriture; l’autre les détend et les repose. »


« Celui qui a vu son propre sang couler, entendu ses dents se briser sous le choc d’un coup de poing, celui qui, après chaque chute s’est toujours relevé plus décidé, celui-là seul descend au combat plein d’espoir. »


« Abandonne ta peine avant d’être abandonné par elle, je t’en prie! »


Les avez-vous lues ?! Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Et si non, quelle chance, vous avez une sacrée découverte à faire !

 
 
210 pages chez  Pocket

210 pages chez Pocket

« Après avoir accordé son amitié, il faut avoir confiance; c’est avant qu’il faut porter un jugement. »